Opéras pour enfants

Ces pièces sont de nature participative : elles sont destinées à être interprétées par des enfants accompagnés par une formation instrumentale dirigée.


PAR ICI LES ENFANTS

Livret Ivan Grinberg / Musique Marc-Olivier Dupin

Un mal étrange s’est abattu sur la ville de G.Il ne naît plus d’enfants. Les femmes ne tombent plus enceintes. Des hommes accusent les femmes, des femmes soupçonnent les hommes. Les adultes s’inquiètent, se lamentent, se déchirent. Les magiciens, les scientifiques, les politiques, les prêtres, tous vantent leur pouvoir mais rien n’y fait. Aucun remède. On décide d’adopter en masse.

 Dans un champ, un, deux, dix, mille œufs gros comme des gros chats, comme des petits veaux, comme des cailles et comme des cygnes. Venus d’où ? Par quel mystère ? Devant les adultes effarés, les œufs commencent à craquer, un bruit de coups de becs, de coups d’ailes, des gazouillis… Le champ est bientôt couvert d’une troupe immense d’enfants. Mais qui êtes-vous ?Les enfants, pardi ! Curieusement les enfants connaissent leurs parents, mais les parents ne sont pas toujours d’accord, ils se chamaillent pour tel ou tel, c’est un nouveau bazar.

 Au milieu de cette foire d’empoigne, les enfants jouent, les parents décident de ne pas les garder parce qu’ils ne provoquent que des soucis. Arrive le dernier dodo. Il somme les femmes et les hommes de mettre un terme à leurs querelles sinon ils disparaitront comme les dodos. Le dodo est pris comme bouc émissaire, on veut en faire un rôti. Mais les enfants le prennent sous leurs ailes. Ils disent aux adultes qu’ils en ont marre et qu’ils vont s’élever tout seuls et que le dodo sera leur seul parent. Ils s’en vont. Les adultes ont une illumination. Ils supplient les enfants de rester et promettent qu’ils seront de bons parents.

 Pardon général, chants et danses. (IG, 30 avril 2013)

Durée 50’

Nomenclature :

  • Chœur d’enfants avec solistes et chœur d’adultes,
  • Orchestre : 1 F/pic, 1 H/Ca, 1 Cl/Cl basse, 1 Basson, 1 Cor, 1 Tp, 1 Tb, 1 Tu, Harpe, 3 percus dont timbales, cordes 6/6/5/4/2.

Commande de l’Association pour la promotion de la musique à Saint-Quentin-en-Yvelines. Création au théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines en juin 2014. Chœurs et orchestre Manifesto sous la direction de Mélanie Levy-Thiébaut

N° de catalogue PLE-15


PENSION DU DIABLE

Livret Ivan Grinberg / Musique Marc-Olivier Dupin

L’argument est la suite de celui de L’Histoire du soldat de Ramuz / Stravinsky. Le diable a échoué dans sa tentative de s’approprier l’âme du soldat. Déprimé, il veut prendre sa retraite. L’Enfer va si mal que les Chi’s, un groupe américain de consultants, ont été appelés…

Durée 1h

Nomenclature :

  • A la création, chœur d’enfants et un ensemble d’une douzaine d’instruments.
  • Il existe une version pour chœur et la même distribution instrumentale que l’Histoire du Soldat : clarinette, basson, cornet, trombone, percussion, violon, contrebasse.

Créé à l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille en 1997 par le CREA, sous la direction de Didier Grosjman, mise en scène Ivan Grinberg.

N° de catalogue TD-PLE 7


LA REINE DES GOURDES

Livret Ivan Grinberg / Musique Marc-Olivier Dupin

Dans une petite ville, on fête la trêve des commerçants et la réconciliation de Gros et Fernand. Mais Gros est assassiné : on accuse son fils et Massibeth, la Reine des Gourdes. Le commissaire aidé d’une bien étrange autruche saura résoudre l’énigme.

 La première version de La Reine des Gourdes date de 1989. Commande du Festival de la voix d’Argenteuil / Cergy-Pontoise, les premiers interprètes sont des classes d’écoles primaires et l’ensemble pour l’ensemble Aleph (voix, clarinette, deux claviers et violoncelle). Au fil du temps et des représentations, je été amené à en faire de nombreuses instrumentations (qu’il m’arrive de perdre lors de déménagements ou en d’autres circonstances idiotes…).

Grâce à l’Académie musicale de Villecroze, j’en réalise une version pour clarinette, violoncelle, contrebasse, piano et percussion, dans la fin des années 1990. En 2009/2010, à la demande de l’Ecole de musique d’Héricourt, j’en réalise une instrumentation pour orchestre d’Harmonie de 2ème cycle.

Je crois qu’aussi longtemps que je vivrai, j’aurai du bonheur à en faire des versions « sur mesure », tant le texte d’Ivan Grinberg est une merveille à partager avec petits et grands enfants. (MOD 2010)

Durée 1h environ

Nomenclature :

  • Chœur d’enfants
  • Dans la version d’origine, clarinette, violoncelle, contrebasse, percussion, synthétiseur et piano.

Commande du Festival de la voix d’Argenteuil / Cergy-Pontoise en 1989.

N° de catalogue TD-PLE 6

Opéras

Le Mystère de l’écureuil bleu

Livret Ivan Grinberg  Musique Marc-Olivier Dupin

L’Opéra-Comique flambant neuf se prépare au grand gala d’inauguration pour fêter sa réouverture. Tous les grands airs du répertoire seront au rendez-vous. Mais le départ brutal d’Adèle, la chanteuse vedette, remplacée par la jeune Margot, provoque le chaos : un écureuil de Corée assassiné, un chanteur agressé par un morceau de décor tombant des cintres, des produits inflammables qui disparaissent… la mort rôde au Comique. 

Saint-Germain, le directeur, panique car les réservations s’effondrent. Il veut tout faire pour sauver son gala. Tout ? Quel jeu joue Adèle, qui revient et mène l’enquête en se faisant passer pour Al Sirbec, un expert en sécurité ? Que cachent Léon, le jeune chanteur amoureux d’Adèle, Bébé le cintrier et Zineb la costumière, toujours à se disputer ? 

Durée 1h25’ sans entracte

Nomenclature :

  • 2 sopranos, 1 mezzosoprano, 1 ténor, 2 barytons
  • F (pic), H (CA), Cl, Clb, B – 2C, Tp, Tu – 3 percu, Harpe, Piano – 1Violon, 1Alto, 1 Violoncelle, 1 Contrebasse.

Commande de l’Opéra Comique 2015, Créé et diffusé en direct sur le Web, le 21 février 2016, au Théâtre Impérial de Compiègne pour Arte Musique. Direction musicale, Marc-Olivier Dupin, mise en scène Ivan Grinberg.

N° de catalogue TD-O5


Robert le cochon et les kidnappeurs

Livret Ivan Grinberg Musique Marc-Olivier Dupin

La fable met en scène un trio d’amis inséparables. Robert le cochon, d’abord. Pour lui, l’aventure, c’est la vie et c’est la nuit. Parce que la nuit tout peut arriver. L’amour, bien sûr, c’est la grande affaire de Nouille la grenouille, en quête encore et toujours du Prince charmant. Et cette fois, sûr, elle va le trouver. Les fusées, forcément, c’est la passion de Mercibocou le loup, qui a fait du grand dépotoir son très bordélique atelier de construction. Et la fusée, juré, cette fois elle va voler.

Mais attention, il se trame quelque chose dans le grand dépotoir. Ferdinand, le gardien muet, n’en finit pas d’essayer de mettre de l’ordre là où Mercibocou met le bazar. Comme toujours il échoue, sa patronne, la terrible Trashella en a assez. Le loup, il faut s’en débarrasser. D’ailleurs, voici le sinistre Louyaplu, appelé pour exécuter Mercibocou.

Robert le cochon parviendra-t-il à sauver son ami ? Nouille saura-t-elle résister au charme de Louyaplu ? Est-ce pour Mercibocou la dernière fusée… ? Heureusement que nos amis peuvent compter sur une très sûre et très fidèle alliée, la lune…

Durée 1h25’ sans entracte

Nomenclature :

  • 1 soprano, 1 mezzosoprano, 1 ténor, 1 baryton, 1 comédien
  • F (pic), H (Ca), Cl, Clb, B – 2C, Tp, Tu – 3 percu, Harpe, Piano – 1 Violon, 1Alto, 1Violoncelle, 1 Contrebasse.

N° de catalogue TD-O4

Accents en Alsace

Livret d’Elizabeth Lennard et Danielle Mémoire d’après Gertrude Stein

Musique Marc-Olivier Dupin

Toute l’œuvre poétique et théâtrale de Gertrude Stein ne semble poursuivre qu’un seul et unique but: “réinventer la langue américaine”. Ce travail minutieux, de quasi-orfèvrerie, se double d’une volonté de renouveler les formes de la théâtralité en cassant les règles traditionnelles.

Chaque pièce est donc à la fois un exercice de style et un exercice de représentation sous la forme d’un voyage poétique à travers le langage. Son théâtre est aussi un théâtre de l’immédiateté où tout se déroule dans l’instant présent rejoignant en cela son contemporain Beckett lorsque celui-ci parle de “présent continu”.

Elizabeth Lennard a choisi deux pièces exemplaires de Gertrude Stein Pour le pays entièrement où un homme et une femme échange une correspondance et Accents en Alsace où un soldat alsacien déserte l’armée allemande en 1914 pour s’engager dans la légion étrangère française.

Dans le traitement de ces deux opus, Elizabeth Lennard, plasticienne, cinéaste, vidéaste, photographe, répond aux questionnements de Gertrude Stein, en confrontant formes et genres. Autour des corps et de la voix des acteurs et en s’appuyant fidèlement sur le texte, images filmées, photographies projetées, musique, voix enregistrées créent un véritable paysage, presque un univers géographique rejoignant en cela l’auteur pour qui la langue est aussi une affaire de géographie.

Durée 1h45’ sans entracte

Nomenclature :

  • Récitant, 2 sopranos, 1 ténor, 1 baryton
  • 2 percussions

Créé à la MC93 en 2002. Direction musicale Marc-olivier Dupin, mise en scène Elizabeth Lennard. Avec Geoffrey Carey récitant et les chanteurs Amel Brahim-Djelloul, Blandine Arnould, Christophe Ferveur, Jean-Christophe Jacques. Aux percussions Lauren Fraiche, Gabriel Benlolo.

N° de catalogue TD-O3


Michael Kohlhaas

Livret Ivan Grinberg d’après Kleist

Musique Marc-Olivier Dupin

La Fable Michael Kohlhaas le marchand, en route pour vendre ses chevaux, est racketté par les sbires du baron von Tronka. On le force à laisser deux bêtes en gage qu’il retrouve à demi-mortes. Il porte plainte mais, à la cour, les Tronka sont puissants, Kohlhaas n’obtient que mépris et menaces. Sa femme Lisbeth, qui porte au Prince une réclamation, est blessée par un garde et meurt. La fureur envahit Kohlhaas. Il poursuit Tronka à travers le pays qu’il met à feu et à sang. Avec une troupe de misérables, il défie l’Etat saxon et ses armées, se proclamant « maître soumis à Dieu seul, indépendant vis-à-vis de l’Empire et du monde entier ». Seule l’intervention du pasteur Luther parvient à arrêter son bras vengeur. En échange de l’instruction de sa plainte, Kohlhaas dépose les armes. Arrive l’heure du jugement : Tronka est condamné et doit rendre les chevaux : au même moment, la tête du marchand roule sous le coup du bourreau. 

 Michael Kohlhaas ou le monde à l’envers Le livret est inspiré du récit de Heinrich von Kleist, Michael Kohlhaas, publié en 1808. Partant d’un fait divers, l’auteur du Prince de Hombourg et de La Cruche cassée a écrit un texte fulgurant sur un sujet qui l’obsède, la fragilité de la justice. C’est l’histoire du basculement d’un homme, au nom du droit, dans la démesure. Rejeté par les autorités, il s’érige en autorité absolue pour se faire justice lui-même. Seul contre tous dans un monde dessus dessous. De l’obéissance à la colère, de la colère à la révolte et à la guerre, Kohlhaas nous entraîne au cœur de cette extrême passion de justice qui le transforme en ennemi public. 

Durée 1h25’ sans entracte

Nomenclature :

  • 12 chanteurs
  • Piano, contrebasse et 3 percussions

Créé aux Labos d’Aubervilliers le 16 décembre 1999. Direction musicale, Catherine Simonpietri, mise en scène Ivan Grinberg.

N° de catalogue TD-O2


Le Jeu du Narcisse

Livret Gérad Wajcman

Musique Marc-Olivier Dupin

Le murmure du vent. Il ya Narcisse, l’amant de son image… on connaît la chanson, un garçon qui ne veut pas sortir de l’enfance, qui veut continuer à jouer. Il y a un crime : fuir le désir (Johnny Halliday chante « Laisse-toi aimer les filles ») et il y a un châtiment. Il y a une étrange folie. Il y a l’illusion et il y a le vrai. Il y a les larmes comme une déploration éternelle du malentendu entre les sexes. Il y a la belle Écho, la nymphe à voix sonore, passionnée et humiliée, et aussi Pan le jaloux aux pieds de chèvre, avec sa flûte, prêt à tuer. Il y a un banquet avec un aveugle qui a tout vu. Il y a une forêt mystérieuse, les bruits d’une chasse, et puis une source ombreuse où le garçon va se pencher. Il y a une longue traque dans les bois, une lutte à mort, des corps qui s’enlacent et se dispersent ; il y a l’éclat du jour et, dans la nuit, des enfants qui rient et, le murmure du vent, le sourd désespoir, des cris de gens ou d’animaux, des pleurs et des voix qui parlent tout bas d’on ne sait quoi. Il y a la peur et la fureur, des regards douloureux ou fascinés, de la musique, des paroles qui s’envolent, et d’autres graves, des chants, des adieux infinis, de la musique encore, et aussi du silence. Il y a la mort, et puis autre chose.(GW)

Durée 1h15’ sans entracte

Nomenclature :

  • 1 soprano, 2 mezzosoprano, 1 ténor, 3 barytons.
  • Piano, synthétiseur, flûte, cor, harpe, violon, contrebasse

Créé au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers en mars 1994. Direction musicale, Marc-olivier Dupin, mise en scène Brigitte Jaques.

N° de catalogue TD-O1

Ciné-concerts

BUCKING BROADWAY

Film de John Huston de 1917, restauré par les Archives françaises du film du CNC.

Musique Marc-Olivier Dupin

Ce film, l’un des tous premiers de la production du mythique John Huston, porte en lui les ingrédients du chef-d’œuvre : l’intrigue amoureuse, l’atmosphère de ces grands espaces américains et l’extraordinaire vitalité du New York des années 1920. Admirable dans sa concision et son rythme, le montage donne d’emblée un « tempo » musical. C’est pourquoi j’ai eu envie de composer une musique en adéquation avec l’énergie du film en utilisant une formation instrumentale composée d’instruments à vent, de percussion et d’une contrebasse. Ces couleurs instrumentales servent autant les scènes de Western, les débuts du jazz que l’extraordinaire fin dans la ville : la bagarre finale qui se déroule dans un grand hôtel chic est un moment d’anthologie qui constitue un singulier défi pour le compositeur ! (mod 2015)

Durée 52’

Nomenclature instrumentale : 1 (jouant pic).1.1(jouant ClB).0 / 2 sax alto, 1 sax ténor/ 3.1.1.1./ 2 percus dont 1 timb. / 1 harpe / 1 contrebasse à cordes.

Commande de l’Ensemble instrumental de la Mayenne (2014) dirigé par Mélanie Levy-Thiébaut lors de la création en 2015.

N° de catalogue TD-F4


 

MONTE CRISTO

 Film d’Henri Fescourt (1928/1929), d’après le roman d’Alexandre Dumas

Musique Marc-Olivier Dupin

Au moment de ses fiançailles, le marin Edmond Dantès est arrêté et jeté dans la prison du château d’If sur la dénonciation de son rival auprès de la belle Mercédès : Fernand Mondego. Sur les indications d’un camarade de captivité, l’abbé Faria, et après s’être évadé, il découvre le trésor de l’île de Monte Cristo. Devenu immensément riche et connu sous le nom de Comte de Monte Cristo, Dantès se venge de ses ennemis mais protège ceux qui furent bons pour lui et leur vient mystérieusement en aide.

Durée 3h42’. En deux parties (1ère partie 2h03’ ; 2ème partie 1h36’)

Nomenclature orchestrale : 1.1+Ca.1+Clb.B/ 3.2.1.1./ Timb + 2perc /Harpe/ cordes.

Musique enregistrée en 2005/2006 par l’Orchestre national d’Ile de France sous la direction du compositeur, pour ARTE et ZZ productions. Première projection au festival de Cannes en mai 2006. Donné au Théâtre du Châtelet en 2008 et à Marseille dans le cadre de Marseille 2013 avec L’ONDIF dirigé par le compositeur.

N° de catalogue TD-F3


NANA

Film de Jean Renoir (de 1926) d’après le roman d’Emile Zola

Musique Marc-Olivier Dupin

A Paris, sous le Second Empire, Nana est une petite actrice sans envergure au Théâtre des Variétés. Malgré l’appui financier du Comte Muffat, qui s’est épris d’elle, la jeune femme n’obtient aucun succès. Mais elle comprend vite qu’avec son pouvoir de séduction, elle a tout intérêt à jouer les femmes entretenues. Devenue l’une des femmes les plus courtisées de la capitale, elle fait tourner la tête d’hommes influents, prêts à se damner pour elle…

Durée 2h30’

Nomenclature instrumentale : ensemble instrumental 1(F en sol et pic).1.1.1./ 1.1.1.0./ 1 perc./ harpe/ harmonium (célesta)/ 1violon, 1  alto, 1 violoncelle, 1 contrebasse.

Commande d’ARTE et de ZZ productions. Enregistrement de la bande-son le 2 septembre 2002.

N° de catalogue TD-F2


SALOMÉ

Film américain de Charles Bryant (1922) d’après la pièce d’Oscar Wilde (1898). Costumes et scénographie : Natacha Rambova

Musique Marc-Olivier Dupin

Salomé peut être considéré comme l’un des rares films  » expérimentaux  » produits par Hollywood dans les années 1920, à l’initiative de la danseuse russe Alla Nazimova et de sa protégée Winifred Shaugnessy, alias Natacha Rambova, scénographe du film. Tourné aux Etats-Unis sur un argument emprunté à saint Luc (et à Flaubert), transposé à la scène (en français) par Oscar Wilde, il associe l’esthétique de l’Art nouveau anglais et les influences de l’avant garde russe. Rambova s’inspira, pour les décors et les costumes, des illustrations réalisées par Aubrey Beardsley pour la première édition anglaise de la pièce de Wilde, et fit venir les tissus et les accessoires des costumes spécialement de France. Le budget du film, considérable pour l’époque, et son échec relatif ruinèrent Nazimova et lui firent perdre tout crédit auprès des studios.

Durée 1h14’

Nomenclature : ensemble instrumental. 1+F en sol.1.ClB.0./ 1.0.0.0./ harpe/ célesta/ 1 alto, 1 violoncelle,1 contrebasse.

La musique est une commande du Musée du Louvre ; l’enregistrement a été produit par ZZ Productions. Cette version a été créée en ciné-concert à l’Auditorium du Musée du Louvre, le 16 décembre 2000.

N° de catalogue TD-F1


Les conducteurs et matériels ne sont pas en vente mais seulement en location. Pour tout renseignement contacter l’administration de Tsipka Dripka.